#6 Les résultats de l’élection présidentielle

Le ministère de l’intérieur affirme que :

  • Macron : 23,72 % des suffrages
  • Le Pen : 21,4 % des suffrages
  • Fillon : 19,92 % des suffrages
  • Mélenchon : 19,23 % des suffrages
  • Hamon : 5,6 % des suffrages

On entend déjà au loin, les appels d’un vote concernant le « Front Républicain ». Pardon ? Vous avez dit Front Républicain ? Le Front Républicain ne fonctionne plus et ne marche plus, alors la question de la République passera par l’opposition entre le « camp des travailleurs » et celui du « patronat ».

Marine Le Pen, ou Emmanuel Macron se sont les candidats d’une bourgeoisie rance, d’une vision patronale hybride ou de projets mortifères pour les travailleurs.

Si le vote de leur candidat ne signifie pas pour autant une majorité à l’Assemblée Nationale, avec l’addition de l’ensemble des votes conservateurs et libéraux, Emmanuel Macron possède une majorité très large pour faire sa politique à coup d’ordonnance et le fameux Blitzkrieg que rêvait Fillon, mais avec une vision « progressiste ».

Cela signifie que le camp du travail subira une pression inestimable de la part du camp du patronat qui entend poursuivre les politiques issues de « la Loi El-Khomri ».

Cela permet de prévenir que le « camp du travail » doit se préparer dès maintenant à un mouvement social d’une ampleur importante. En effet, le programme de Macron, c’est le programme du chômage, des actionnaires et la paupérisation généralisée, comme celui de Fillon.

Emmanuel Macron, c’est le mixte entre François Hollande et François Fillon. Une politique de la terre brûlée qui correspond aux exigences du MEDEF. En conséquence, il faut comprendre que le néo-libéralisme est les conséquences du fascisme. Macron est le meilleur vote pour Marine Le Pen.

Il existe un lien entre le Néo-libéralisme et le fascisme. Le fascisme mène toujours une politique néo-libérale, comme on l’a vu sous Pinochet.

#5 La semaine de tous les dangers

L’émission politique de la semaine se basait sur le cadre de « la dernière ligne droite » pour l’élection présidentielle. La semaine de tous les dangers, où l’extrême-droite avec ses deux candidats François Fillon comme Marine Le Pen risque de se retrouver au deuxième tour. Dans ce cadre, trois visions libérales de la société se mettent en dynamique pour dynamiter le marché du travail, imposer des cures d’austérité, et surtout s’en prendre aux intérêts des travailleurs. De même, la science politique pose un véritable enjeu sur les candidats à savoir que pour de nombreux d’entre eux, ils ne font pas la différence entre le marxisme, le keynésianisme ou l’économie néo-classique, tout comme la différence entre le progrès et le conservatisme.

Le spectre communiste dans le cadre de la campagne de Jean-Luc Mélenchon rappelle inlassablement le début du Manifeste du Parti Communiste de Karl Marx : « Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme ». L’ironie est que Mélenchon n’est ni marxiste, ni communiste et encore moins d’extrême-gauche. Il s’agit de montrer de la fumée, alors qu’il n’y a pas de feu. Un véritable mirage, mais aussi un vent de panique, pour peu ou pas grand chose. Mélenchon reste un capitalisme sur le fond.

Le fascisme se transforme également ayant de nouveaux visages, la théorie de Mussolini a largement été transformée, mais la question du jumelage d’un état fort et d’une politique patronale, ainsi qu’une oppression constante contre les travailleurs, et toutes voix dissonantes s’imposent dans cette campagne. Le néo-libéralisme a démontré dans l’Histoire qu’il était parfaitement compatible avec le concept du fascisme.

Ce spectacle nous offre une vision pauvre où les quatre candidats convergent les uns vers les autres en cette fin de semaine. Le capitalisme qu’il soit keynésien, néo-classique, libre-échangiste ou protectionniste, reste le capitalisme avec les conséquences que l’on connaît sur les travailleurs.

Dans le cadre de l’émission sur « la dernière ligne droite », j’ai mis plusieurs extraits sonores dans le dernier podcast à propos de la Société du Spectacle de Guy Debord. Je vous prie de bien vouloir retrouver l’intégralité de l’œuvre audio de Guy Debord ci-dessous, si vous êtes intéressé par l’ensemble de son analyse.

 

#4 La Psychiatrie Punitive

La psychiatrie punitive a poussé de nombreux soignants dans des valeurs entièrement contraires à la question du « soin ». Face à la hausse de cette méthodologie archaïque, il convient parfaitement de faire podcast sur le sujet. Toutefois, il faudrait des jours pour que l’on retrouve un podcast intégrale sur le sujet tellement, il est complexe, et la maltraitance est légion.

Ci-dessous vous trouverez le « Thread » qui a aidé au Podcast :

Le podcast de fond se résume toutefois à un coup de gueule, mais permet de parler des dérives sur la psychiatrie.

#3 L’implosion du Parti Socialiste ?

Manuel Valls a affirmé dans la presse qu’il allait voter pour Emmanuel Macron. Ce retournement de situation vis-à-vis des « primaires citoyennes » interrogent sur la question de survie du Parti Socialiste. Dans ce cadre, le podcast tend à mettre en avant que le « vote utile » de l’ancien flic de France ne remette pas en question sa politique qui a largement favorisé les thèses de l’extrême-droite, notamment sur la question de la déchéance de nationalité. La démocratie libérale peut survivre à la mort ou non du Parti Socialiste. Il est fort probable que le Parti Socialiste subisse une scission interne en deux tendances l’une vers Jean-Luc Mélenchon, l’autre vers Emmanuel Macron.

#2 L’Affaire Fillon

Suite aux différentes parution sur le couple « Fillon », il était nécessaire de revenir sur ce scandale.

La vidéo a été améliorée par rapport à celle de Donald Trump.

Désormais, les émissions seront publiées le « mardi » soir.

Présentation de l’émission

Le 2 février 2017, le blog Révolution et Libertés lance son émission « les cahiers libertaires« . Sa diffusion aura lieu dans la soirée.

Les Thèmes :

  1.  Sur la prise du pouvoir de Donald Trump
    • Comment les travailleurs des États-Unis d’Amérique vont-ils pouvoir tenir avec 4 ans d’obscurantisme ?
    • Le resserrement des liens entre Donald Trump et Vladimir Poutine justifie-t-il l’ingérence total contre tous les pays ?
    • Ira-t-on vers un nouvel axe géopolitique Trump-Poutine-Erdogan-Rohani-Al Assad ?
  2. Les purges d’Erdogan
    • Vers un régime à parti unique ?
    • Le ballonnement des journalistes est-il le combat contre la liberté et la démocratie ?
    • L’islamisation à marche forcée (l’alliance AKP-MHP) peut-elle combattre le terrorisme ?
  3. L’élection présidentielle française tournera-t-elle au fiasco ?
    • Bilan économique : chômage, croissance, déficit, dette.
    • La Politique de l’offre : 40 ans d’échec. Mais pourquoi est-elle toujours dans les programmes des politiques libérales ?
    • Le retour au fondamentaux de Malthus, vers un libéralisme victorien ?
  4. #1 Chronique satyrique.